Un événement par jour : le 17 novembre dans l’Histoire

1313133-Georges_Clemenceau

Georges Clémenceau rappelé au gouvernement de la France en pleine Première Guerre mondiale

Georges Clémenceau, 76 ans, est appelé à la présidence du Conseil par son vieil ennemi, le Président de la République Raymond Poincaré. Il forme un gouvernement de choc afin de poursuivre et intensifier la guerre avec l’Allemagne. Celui-ci comprend essentiellement des ministres radicaux et seulement deux membres rescapés du cabinet Painlevé. Dans son discours d’investiture Clémenceau annonce son intention de traquer les défaitistes et les traîtres de l’arrière. Sa détermination vaut au Président du Conseil d’être surnommé le “Tigre”.

 

Leçon : La Première Guerre mondiale

Pourquoi le 11 novembre est un jour férié ?

rethondes

rethondes

Le 11 Novembre est une des grandes dates de la vie commémorative française. Jour de mémoire, c’est aussi la mémoire d’un jour, celui de l’Armistice de 1918.

11 novembre 1918 : la fin des combats de la Première Guerre mondiale

Le 11 novembre 1918, à cinq heures, l’Armistice est signé à Rethondes, en forêt de Compiègne. Il met fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale sur le front occidental. Entrant en vigueur à onze heures, il est valable pour 36 jours et peut être prorogé.

Au front alternent des scènes d’émotion, de joie et de fraternisation à l’annonce du cessez-le-feu. La liesse déferle sur la France, tandis que retentissent les coups de canon que Clemenceau a ordonné de tirer.

Au Palais Bourbon, à 16 heures, Clemenceau lit les conditions d’armistice, salue l’Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation.

Ce “jour de bonheur” ne peut faire oublier à l’ancien combattant, revenu à la vie civile, l’expérience tragique et le message dont il est porteur. Il importe en effet que le courage et les sacrifices des soldats durant ces quatre années de guerre restent dans chaque mémoire. Aussi peut-on dire que ce sont les anciens combattants qui vont imposer peu à peu le 11 novembre comme une fête nationale.

 

Deux anciens poilus racontent cette journée :

Image de prévisualisation YouTube

Source : INA.FR

CINEMA : Festival du film d’histoire (pour les 3eme)

affiche

affiche

Les élèves de troisième iront voir lundi 10 novembre le film : Good Bye, Lenin !

Ce film est lié à la leçon d’histoire : “La Guerre froide” que l’on étudiera après les vacances de février.

Horaires : de 8h30 à 12h30

Lieu : Cinéma de Monsempron-Libos

Synopsis :

Alex, un jeune Berlinois de l’Est, apprend la chute du mur alors que sa mère est dans le coma à la suite d’un infarctus. Celle-ci a toujours été quelqu’un d’actif, participant avec enthousiasme à l’animation d’une chorale.
Les mois passent et le coma continue. La ville se transforme, les voitures occidentales sillonnent les rues, les publicités envahissent les murs. Au bout de huit mois, elle ouvre les yeux dans une ville qu’elle ne peut plus reconnaître. Alex veut absolument lui éviter un choc brutal que son coeur affaibli ne pourrait supporter.
Profitant de son alitement, avec l’aide de sa famille et de ses amis, il reconstruit autour d’elle son univers familier, convoque les jeunes chanteurs de la chorale, sollicite l’aide d’un ancien cosmonaute, reconverti en chauffeur de taxi, et s’efforce de faire revivre la RDA dans les 79 m² de l’appartement, remis aux normes socialistes.

Image de prévisualisation YouTube